4 millions de salariés à couvrir en complémentaire santé

A partir du 1er janvier 2016, la complémentaire santé deviendra obligatoire pour tous les travailleurs. Que ce soit en grandes entreprises ou en TPE, les patrons devront souscrire à une complémentaire santé pour tous leurs employés. Un marché de 4 millions de salariés qui attise les convoitises !

La complémentaire santé obligatoire pour tous les salariés

Votée en 2013, la loi sur la sécurisation de l’emploi prévoit une complémentaire santé obligatoire pour tous les salariés. A échéance du 1er janvier 2016, tous les employeurs devront souscrire à un contrat collectif pour l’ensemble de leurs salariés. Cela permettra à 400 000 personnes sans contrat de disposer d’une couverture complémentaire en cas de problèmes de santé et à 4 millions de salariés de passer d’un contrat individuel à collectif. La loi prévoit que la moitié de la complémentaire santé devra être payée par l’employeur. La seconde moitié quant à elle reviendra à l’employé. Il s’agit d’une des nombreuses réformes apportées par différentes lois à la complémentaire santé.Jugée indispensable, on retrouve des dispositions comme par exemple l’Aide au paiement d’une complémentaire santé ou encore la responsabilisation des contrats de souscription à une complémentaire.

Un marché juteux pour les assureurs

Avec plus de 4 millions de futurs clients, le marché de la complémentaire santé est en pleine ébullition. Tout le monde joue ainsi des coudes pour avoir droit à une part du gâteau. Première conséquence, les prix des complémentaires santés qui ont réduit de beaucoup afin d’attirer les employeurs. On trouve ainsi sur le marché des offres à partir de 7,13 euros pour l’employeur soit 14,26 euros au total. Pour beaucoup de professionnels, il s’agit de casser les prix. Limite vendre à perte afin d’attirer cette nouvelle manne imposée par la loi. Toutefois, dans les mois à venir cette stratégie agressive pourrait très bien conduire à une augmentation des prix. Ce qui pourrait en mécontenter beaucoup !

Comments

comments