La Junk Food favorise la dépression

Junk food

Plusieurs études ont déjà tenté à plusieurs reprises de démontrer que ce que nous mangeons peut influer sur notre humeur et plus largement, notre santé.

Les études

Une étude récente effectuée par des chercheurs américains de l’université de Louisiane aux Etats Unis, tend à montrer que la junk food, plus communément appelé chez nous, la « malbouffe » contribue à l’apparition de symptômes de stress, de dépression et de nervosité. L’étude est menée sur la connexion entre la flore intestinale et notre cerveau.

L’étude a été menée sur deux groupes de souris. Les réactions de leur cerveau ont été observées. Le premier groupe soumis à un régime équilibré se portait bien tandis que les souris du deuxième groupe, obèses, ont commencé à présenter des TOC, des signes d’anxiété et des troubles de la mémoire.

Résultats fiables mais à prendre avec précaution.

Le lien est établit mais il n’explique pas tout bien entendu. Le mode de vie et le milieu social sont encore des facteurs qui prédisposent certaines personnes à l’obésité par exemple. On ne peut donc pas tout à fait les exclure en tant que facteurs éventuels dans l’apparition de signes de dépression.

Aucune étude cependant n’avait réussi à démontrer de manière aussi évidente, le lien qui existe entre le cerveau et la flore intestinale. La nourriture grasse perturberait donc la relation symbiotique entre le cerveau et les micro-organismes des voies digestives.      Ceci renforce l’idée qu’être bien dans sa tête c’est aussi être bien dans son corps mais surtout faire en sorte que celui-ci reste sain.

Il reste encore beaucoup de démarches à faire pour que les choses évoluent. Le magazine Biological Psychiatry avait prévu de publier les résultats des recherches le 1er avril 2015. En attendant d’avoir de plus amples informations et des retours sur la question, il semble primordial de maintenir la forme en mangeant équilibré.

Comments

comments