La pollution à l’origine de la maladie d’Alzheimer ?

Les chercheurs sont toujours en quête de savoir ce qui peut bien provoquer certaines maladies. On sait déjà que la pollution de l’air n’est pas saine pour notre santé. Mais avec de récentes découvertes, l’apparition de la maladie d’Alzheimer pourrait être aussi liée à la pollution.

La magnétite, une nanoparticule intrusive

Selon une étude conjointe mexicaine, américaine et anglaise, la pollution affecterait de manière grave le cerveau humain. Notamment à cause de l’infiltration dans le cerveau de nanoparticules de magnétites, un oxyde de fer fortement aimanté. C’est ce qui ressort de cette étude publiée dans une revue scientifique américaine. Pouvant se former naturellement dans le cerveau, des microparticules découvertes dans le cerveau de 37 patients montreraient que les magnétites présentes seraient différentes. En effet, celles qui ont été découvertes sont des magnétites formées à très haute température dans l’air en milieu urbain. Ces nanoparticules de l’air en milieu urbain ne s’introduisent pas seulement dans les cerveaux, elles peuvent aussi infiltrer le sang ou les poumons.

Les magnétites à l’origine de nombreuses pathologies

Du fait de leur taille et de leur capacité à s’engouffrer partout, les magnétites peuvent provoquer d’importants troubles cardiovasculaires ou pulmonaires. Si l’étude du King’sCollege s’avère exacte même s’il est encore trop tôt pour l’affirmer, les magnétites pourraient aussi provoquer la maladie d’Alzheimer. En tous les cas, en 2003 et 2008, des chercheurs avaient déjà établi un lien entre la quantité de magnétite dans le cerveau et la fréquence de la maladie d’Alzheimer. Une situation qui pourrait être inquiétante, car cette maladie ne connait toujours pas de traitement à l’heure actuelle et est responsable de nombreux décès. La magnétite a en effet la faculté de produire des réactions d’oxydation dans le cerveau. Oxydation qui est liée au développement de maladies neurodégénératives. Des mesures concrètes doivent être prises pour lutter contre ce type de nanoparticules.

Comments

comments