Le chikungunya et la dengue en métropole

L’alerte, certes inquiétante, a été donnée fin avril en France métropolitaine afin de permettre à la population de se préparer à une invasion d’un moustique responsable du chikungunya et de la dengue.

Une première alerte en 2004

Ce n’est effectivement pas la première fois qu’on entend parler du moustique tigre en France. Le premier signalement a été effectué en 2004 dans les Alpes Maritimes. En 2014, selon le rapport de surveillance des deux maladies faites par l’InVs, on a recensé plus de 489 cas de chikungunya et quelques 201 cas de dengue en France. Le ministère de la Santé déclenche la sonnette d’alarme car elle craint une invasion massive du moustique sur tout le territoire pour ce printemps 2015. Entre le mois de mai et le mois de novembre, vigilance donc en métropole et plus particulièrement dans 18 départements du sud. Selon l’Institut de veille sanitaire, le « risque durable » existe bel et bien.

7 trucs bons à savoir sur la dengue et le chikungunya

  • Sachez que ces deux maladies se manifestent par une forte fièvre brutale (38.5°C), des douleurs articulaires ainsi que des maux de tête et des éruptions cutanées.
  • Gare aux piqûres du moustique Tigre qui est le principal vecteur de cette maladie.
  • Il n’existe pas de traitement antiviral pour les deux infections. Si vous vous êtes vacciné contre la Grippe en début d’hiver, celui-ci ne vous immunisera pas contre ceux deux maladies.
  • En cas d’apparition des premiers symptômes, sachez que les malades sont non seulement prises en charge mais ils doivent faire obligatoirement l’objet d’une déclaration.
  • Evitez de prendre de l’aspirine ou des anti-inflammatoires non stéroïdiens si vous avez des symptômes car ils sont contre-indiqués.
  • Si vous avez voyagé dans un pays d’Asie du sud-est, des Caraïbes ou d’Afrique centrale, voire de la Guadeloupe et de la Martinique, surveillez l’apparition de ces symptômes.
  • Sur le site InVs, vous pouvez trouver un certain nombre de recommandations si vous devez quand même vous rendre dans les zones à risques.

Comments

comments