Les français seront moins remboursés par leurs mutuelles

remboursement_mutuelle

La nouvelle ne date pas d’hier. Depuis plusieurs semaines, les français entendent parler de ce fameux plafonnement des remboursements chez nos mutuelles. Mais force est de constater que ces mesures ont été fortement critiqué et pour plusieurs raisons.

Pourquoi ?

A priori, les mesures sont présentées comme des outils pour lutter contre la hausse frénétique des prix et des honoraires. Mais beaucoup estiment que cela ne changera rien puisque de telles mesures n’empêcheront pas certains complémentaires de proposer de meilleurs remboursements moyennant des surprimes. Au contraire, certains estiment que ces mesures ne feraient que renforcer l’inégalité des français face à l’accès au soin.

Qui sont concernés ?

L’annonce a été faite plusieurs mois à l’avance mais cela ressemblait d’avantage à un poisson d’avril. Or, le 1er avril dernier, le plafonnement des remboursements s’appliquait bien aux personnes concluant un nouveau contrat de mutuelle et ce, sans baisse des montants de cotisations.

Le dit plafonnement ne s’applique en général qu’au contrat responsable et solidaire, ce qui représente la majorité des contrats signés.

Dans les faits

Concrètement, si vous signez un contrat de mutuelle à partir du 1er avril 2015, vous ne pourrez plus faire prendre en charge vos frais d’optique supérieure à 470 euros pour des verres simples. La prise en charge pour les verres complexes sera aussi plafonnée à 850 euros. Pour les montures, vous ne pouvez guère espérer un remboursement au-delà de 150 euros. Certaines mutuelles estiment en effet que le plafond des verres simples est encore trop élevé pour pouvoir entraîner une baisse des prix. Difficile dans ces conditions d’entrevoir une amélioration de la situation.

Mais le plus éloquent est de constater que les dépassements d’honoraires ne seront désormais assurés qu’en dessous des 125% du tarif de la Sécurité Sociale. Bref, malgré la mise en place effective de cette directive, le plafonnement fait encore débat.

Comments

comments