Nouvelles modalités pour les dons d’organes

L’année 2017 marque un renouveau dans le don d’organes. Ces changements impactent en premier lieu le refus de don d’organes.

Situation jusqu’à la fin de l’année 2016

Selon la loi votée en 1976 sur le don d’organes, le principe de consentement présumé avait été adopté. Cela signifiait que toutes personnes sont des donneurs potentiels d’organes. Pour exprimer son refus, il fallait s’inscrire sur le registre national des refus. Il était aussi possible de rédiger un courrier signalant le refus, et de le confier à un proche. C’est ce principe de refus qui subit des modifications à partir du 1er janvier 2017.

Comment exprimer son refus dorénavant ?

Les personnes souhaitant refuser le don d’organes pourront prochainement  s’inscrire via internet au registre national des refus. S’il fallait faire auparavant un courrier, elles auront la possibilité d’allerdirectement sur www.registrenationaldesrefus.fr.Elles mettront en pièce jointe un scan ou une photo de leur pièce d’identité.Le refus peut toujours être exprimé de vive voix à un proche. Le moment venu, ce dernier doit alors retranscrire précisément par écrit les circonstances durant lesquelles le principal intéresséa exprimé sa non-acceptation.

Autres points soulevés

Si auparavant le refus de don d’organes s’appliquait à tous les organes, il est possible de nos jours de préciser les organes à ne pas donner. Concernant l’âge du donneur, il n’y a pas de restriction d’âge. Une personne âgée peut tout à fait faire don de ces organes. Quant aux mineurs, ce sont les parents qui prennent la décision. Il est seulement nécessaire que le corps médical atteste que les organes soient saints.

Peut-on changer d’avis ?

L’inscription sur le registre national des refus n’est pas définitive. Elle peut toujours être modifiée. En s’y inscrivant, le principal intéressé obtient un mot de passe. Cela lui donne accès à son dossier afin de le modifier ou de supprimer son inscription.

Comments

comments