Prix Nobel de médecine, l’autophagie mise en avant

Pour cette édition 2016 du Prix Nobel, le comité officiel a lancé la remise des fameux prix en octroyant le premier au chercheur japonais YoshinoriOhsumi. Âgé de 71 ans, ce chercheur a consacré sa vie entière à la biologie cellulaire avec ses recherches notamment sur l’autophagie.

Qu’est-ce que l’autophagie ?

L’autophagie ou auto phagocytose est l’aptitude des cellules à se diriger elles-mêmes. Une capacité découverte en 1974 par le chercheur belge Christian de Duvequi a par ailleurs reçu le même Nobel en 1974. Cette capacité permet aux cellules d’éliminer des protéines non fonctionnelles ou des agents pathogènes contaminant les cellules. Un phénomène important sur lequel ont porté les recherches du chercheur japonais YoshinoriOhsumi. L’autophagie permet en effet de comprendre le renouvellement des cellules et la réponse du corps à la faim et aux infections.Ses recherches ont notamment porté sur l’identification des gènes et mécanismes à l’origine de l’autophagie grâce à la levure. À 71 ans, ce prix vient ainsi récompenser ses longues années de recherche.

L’autophagie liée à certaines maladies ?

Pour l’élimination de certains éléments, l’autophagie est nécessaire. D’ailleurs, selon les études sur le sujet, la réduction des capacités des cellules en la matière pourrait être liée à certaines maladies. On parle notamment du cancer où les cellules ont des capacités autophagiques réduites ou encore des maladies neurodégénératives comme la maladie de Parkinson. Dans le cadre des maladies neurodégénératives, l’accumulation de protéines mutées aurait été constatée dans ces cellules à capacité réduite. Cette accumulation jouerait ainsi un rôle dans leur développement. Le chercheur japonais a réalisé toute sa vie ses études au Japon. Avec ce prix, c’est toute la communauté scientifique qui reconnaît l’intérêt important de ses recherches pour l’avancée de la médecine. Notons qu’en 2015, ce prix a été attribué à la lutte contre les maladies parasitaires à des chercheurs chinois, japonais et indiens.

Comments

comments