Un vaccin contre l’Ebola

Avec un bilan estimé à 11 315 morts entre 2013 et 2015, l’Ebola a été un virus particulièrement destructeur. Éradiquer cette épidémie a été l’un des objectifs principaux de nombreux organismes de recherche. La mise au point du vaccin Ebola VSV-ZEBOV fait partie des avancées majeures contre ce virus.

Efficacité du rVSV-Zebov

C’est au mois de décembre 2016 que l’Organisation mondiale de la santé a fait la présentation du vaccin rVSV-Zebov ou recombinant vesicularstomatitis virus-Zaireebolavirus. Mis au point par le gouvernement canadien, ce vaccin a déjà fait l’objet de tests dont les résultats ont été très concluants. Cette campagne d’essai était « de ceinture » ou « en cercle » ou « en anneaux ». Ellea été effectuée sur des personnes ayant été en contact direct avec des personnes infectées. Des sujets ont aussi été vaccinés, car ils étaient en contact avec ces personnes qui ont eu un contact direct, et ainsi de suite. Au total, ce sont 5837 personnes originaires de la région côtière de la Basse-Guinée qui ont été vaccinées. À l’issue de la période d’incubation d’une dizaine de jours, aucune n’a contracté la maladie.

Effets secondaires du vaccin

Des effets secondaires ont été notés sur la moitié de la population vaccinée. Ces personnes présentaient des signes de fatigue, des maux de tête et des douleurs aux muscles. Seuls trois cas étaient plus graves. Un patient avait développé une réaction allergique. Un autre avait une réaction fébrile et le dernier présentait un syndrome de type grippal. Mais ces trois personnes s’étaient ensuite rétablies.

Tests supplémentaires avant mise sur le marché

Les autorités concernées de la Guinée ont autorisé la poursuite de l’essai de ce vaccin. Il faut aussi déterminer si ce vaccin ne présente aucun danger sur les femmes enceintes ainsi que les enfants de moins de 6 ans. Ce remède devra être approuvé par l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux ou FDA et l’Agence européenne des médicaments ou EMA. Il pourra ensuite être enregistré en 2018. Les droits pour sa commercialisation ont été acquis par le laboratoire américain Merck.

Comments

comments